La chasse aide-t-elle ou nuit-elle à l’environnement ?

Dear EarthTalk : La chasse semble être une véritable controverse parmi les défenseurs de l’environnement. Pouvez-vous rétablir la vérité : la chasse est-elle bonne ou mauvaise pour l’environnement ?
-Bill Davis, New York, NY
Comme beaucoup de sujets brûlants, la réponse à cette question dépend de la personne à qui vous la posez. D’un côté, certains disent que rien n’est plus naturel que la chasse, et en effet, presque toutes les espèces animales – y compris les humains – ont été soit des prédateurs soit des proies à un moment donné de leur évolution. Et, aussi ironique que cela puisse paraître, puisque les humains ont éliminé de nombreux prédateurs animaux, certains considèrent la chasse comme un moyen naturel d’abattre les troupeaux d’animaux proies qui, de ce fait, se reproduisent désormais au-delà de la capacité de charge de l’environnement.
D’autre part, de nombreux défenseurs de l’environnement et des animaux considèrent la chasse comme barbare, arguant qu’il est moralement mauvais de tuer des animaux, indépendamment des considérations pratiques. Selon Glenn Kirk, de l’organisation californienne The Animals Voice, la chasse « cause d’immenses souffrances aux animaux sauvages individuels… » et est « gratuitement cruelle car, contrairement à la prédation naturelle, les chasseurs tuent pour le plaisir… » Il ajoute que, malgré les affirmations des chasseurs selon lesquelles la chasse maintient l’équilibre des populations d’animaux sauvages, les droits de licence des chasseurs sont utilisés pour « manipuler quelques espèces de gibier en surpopulation au détriment d’un nombre beaucoup plus important d’espèces non gibier, ce qui entraîne la perte de la diversité biologique, de l’intégrité génétique et de l’équilibre écologique. »
Au delà des questions morales, d’autres soutiennent que la chasse n’est pas pratique. Selon la Humane Society of the United States (HSUS), la grande majorité des espèces chassées – comme le gibier d’eau, les oiseaux des hautes terres, les colombes pleureuses, les écureuils et les ratons laveurs – « fournissent une subsistance minimale et ne nécessitent pas de contrôle de la population ».
L’auteur Gary E. Varner suggère dans son livre, In Nature’s Interests, que certains types de chasse peuvent être moralement justifiables tandis que d’autres ne le sont pas. La chasse « conçue pour assurer le bien-être global de l’espèce cible, l’intégrité de son écosystème, ou les deux » – ce que Varner appelle la « chasse thérapeutique » – est défendable, tandis que la chasse de subsistance et la chasse sportive – qui ne profitent qu’aux êtres humains – ne l’est pas.
Quelle que soit la position individuelle, moins d’Américains chassent aujourd’hui que dans l’histoire récente. Les données recueillies par l’U.S. Fish & Wildlife Service pour son enquête nationale la plus récente (2006) sur la pêche, la chasse et les loisirs associés à la vie sauvage, montrent que seulement cinq pour cent des Américains – environ 12,5 millions d’individus – se considèrent comme des chasseurs aujourd’hui, contre neuf pour cent en 2001 et 15 pour cent en 1996.
Le soutien du public pour la chasse, cependant, est en hausse. Une enquête réalisée en 2007 par Responsive Management Inc, un cabinet de recherche sociale spécialisé dans les questions de ressources naturelles, a révélé que 78 % des Américains sont favorables à la chasse aujourd’hui, contre 73 % en 1995. Quatre-vingt pour cent des personnes interrogées sont d’accord pour dire que « la chasse a une place légitime dans la société moderne », et le pourcentage d’Américains indiquant qu’ils désapprouvent la chasse est passé de 22 % en 1995 à 16 % en 2007.
Peut-être en accord avec la tendance dans le public, les leaders verts plaident de plus en plus pour une coopération entre les chasseurs et les groupes environnementaux : Après tout, tous deux déplorent l’étalement urbain et la destruction des habitats.
CONTACTS : The Animals Voice, www.animalsvoice.com ; HSUS, www.hsus.org ; National Survey of Fishing, Hunting and Wildlife-Associated Recreation, www.census.gov/prod/www/abs/fishing.html ; Responsive Management Inc., www.responsivemanagement.com.

EarthTalk est produit par E/The Environmental Magazine. ENVOYEZ VOS QUESTIONS SUR L’ENVIRONNEMENT À : EarthTalk, P.O. Box 5098, Westport, CT 06881 ; [email protected] Vous pouvez lire les anciennes chroniques à l’adresse suivante : www.emagazine.com/earthtalk/archives.php. EarthTalk est maintenant un livre ! Détails et informations sur les commandes à l’adresse : www.emagazine.com/earthtalkbook.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.